Comment reconnaître les différents thons et bonites

différencier les thons et bonites

Il peut être parfois difficile de différencier les espèces de thons et de bonites présentes le long de nos côtes française. Si certaines espèces se reconnaissent sans soucis, d’autres sont beaucoup plus dures à déterminer avec certitude.

Le doute sur les espèces n’avait pas vraiment de grosses importances il y a encore quelques années. Mais, avec les réglementations et restrictions actuelles, il est devenu indispensable de bien reconnaître les thons et bonites que l’on peut pêcher chez nous.

Je vais vous décrire et vous donner mes méthodes pour différencier 6 espèces de thon ou bonites les plus répandues dans nos eaux : le thon rouge, le thon blanc, le patudo, le listao, la pélamides et les “thonines”.

Voir ici pour un descriptifs des espèces pêchés en France.

Le “thon rouge”

Thon rouge, “bluefin tuna”, (Thunnus thynnus)

Le thon rouge est sans doute le thon le plus recherché par les pêcheurs sportifs. Il est assez facile à reconnaître mais peut quand même se confondre avec d’autres espèces. Il est très important de savoir le reconnaître car sa pêche est très réglementée et le prélèvement quasiment interdit pour les plaisanciers.

Voir mon article: ” Réglementation 2020 pour la pêche de loisir du thon rouge”

reconnaître un thon rouge

Taille / poids

Le thon rouge peut mesurer plus de trois mètres et peser plusieurs centaines de kilos. C’est le plus gros de tous les thons. Si vous attrapez un thon de plus de 2.5m ou + 200kg vous pouvez être quasiment certain qu’il s’agit d’un thon rouge. Le problème, c’est qu’en France, on peut pêcher des thons rouges de toutes tailles (60cm à 250cm+ en atlantique et à partir de quelques centimètres jusqu’à 250cm+ en méditerranée). La plupart des thons rouges capturés mesurent entre 30 et 200cm. La taille n’est donc pas un critère de reconnaissance valable. (hors extrême “+ 250cm”)

Morphologie / coloration

Le thon rouge est un poisson fuselé qui peut être plus ou moins trapu suivant son âge, la saison ou la région. Le dos est bleu foncé et les flancs gris “métallique”. La bouche est assez large et pourvue de toutes petites dents très fines. Son œil est assez gros en proportion de la tête sur les spécimens de petites tailles. Il peut cependant être proportionnellement plus petit sur les gros poissons.

Nageoires

comment reconnaître les thons rouges

Les nageoires du thons rouges sont assez petites. La première nageoire dorsale peut complètement disparaître en se pliant dans le dos du poisson. la nageoire dorsale “arrière” est rigide et souvent de couleur jaunâtre. La nageoire “anale” en dessous est presque blanche avec la pointe jaune.

Les nageoires pectorales sont rigides mais pas très longues. Elles s’arrêtent bien avant le niveau de la dorsale arrière. La queue est assez grande et étroite. Le centre de la queue a une forme de “W” caractéristique.

reconnaitre les thons rouges et patudos

Marbrures ventrale

zébrure thon rouge

Les “marbrures” sur la partie ventrale ne sont assez spécifiques pour permettre de reconnaître les thons rouges. D’autres thons comme les “thons obèses” ou les “germons” peuvent aussi avoir le ventre plus ou moins “marbré”.

Le “thon blanc”

Thon blanc, “Germon”, “bonito del norte” (thunnus alalunga)

reconnaître thon blanc

Taille / poids

Les thons blancs que l’on pêche le long des côtes françaises pèsent en général entre 2 et 15kg. Le poids d’un thon blanc peut exceptionnellement aller jusqu’à 30 ou 35kg.

Morphologie / coloration

Le germon à un dos bleu très foncé, avec les flancs et le ventre très brillants. Le corps est fuselé et la tête plus “pointue” que celle du thon rouge. L’œil est de grande taille et la bouche bien échancrée.

Nageoires

Ce qui saute au yeux en premier quand on voit un thon blanc c’est la longueur de ses nageoires pectorales, elle sont très longues et dépassent la nageoire dorsale arrière. Leur forme courbée vers l’arrière et leur souplesse sont vraiment typique du thon blanc. Là pour le coup, il est difficile de se tromper d’espèce. La queue est proportionnellement plus petite que celle du thon rouge.

reconnaître les thons blancs ( germons)
thons blancs (germons) image: andonni arregui

On appelle le germon “thon blanc” à cause de sa chair bien plus “pâle” que celle des autres thons. Ce poisson du large est très pêché par les professionnels, et se regroupe en gros bancs d’individus de même taille. Il est très utilisé dans les conserves de thons de bonne qualité.

Le “patudo”

Patudo, “thon obèse”, “big eye”, (thunnus obesus)

Là on rentre vraiment dans le vif du sujet. Reconnaître les thons blancs par rapport aux thons rouges est très facile, avec le patudo ça se complique un peu.

Les thons obèses sont assez rarement pêchés par les plaisanciers français.

reconnaître un patudo

Taille / poids

Le “thon obèse” fait parti des poissons les plus gros à pouvoir être pêché en France. Sa taille et sont poids sont proches du thon rouge. Les prises peuvent varier en 5 et 150kg. Parfois mélangé ou très proche des bancs de thons blancs de tailles beaucoup plus petites, il peut prendre un leurre qui ne lui été pas destiné. La touche et le départ d’un gros patudo sur une ligne “à germons” peut alors “surprendre” les pêcheurs.

Reconnaître les thons patudos
thons obèses ( patudos) image: andonni arregui

Morphologie / coloration

Le patudo ressemble beaucoup au thon rouge mais il faut vraiment savoir les différencier. Le patudo pourra être prélevé sans bague ni autorisation alors que la pêche du thon rouge est très réglementée. Il ne faut pas se tromper…

Le “thon obèse” est en général plus massif que le thon rouge mais tout dépend de chaque poisson. On peut tomber sur un thon rouge “gros comme une barrique” ou sur un thon obèse assez long. Sa coloration est très proche de celle du thon rouge mais avec une teinte plus “jaune” entre le dos et le ventre.

Son œil est plus gros que celui du thon rouge, mais il faut être un peu habitué pour le remarquer.

Nageoires

Les seules caractéristiques qui vont permettre de reconnaître avec certitudes les patudos et les thons rouges vont se situer au niveau des nageoires.

Les nageoires dorsales et anales sont très similaires entre les deux espèces de thons. La différence la plus notable est la longueur de la nageoire pectorale. Si vous plaquez la nageoire pectorale d’un patudo le long de son corps, la pointe touchera la ligne qui relie la dorsale “arrière” et la nageoire “anale”. Sur un thon rouge, la nageoire pectorale s’arrête bien avant cette “ligne”.

On peut voir sur les image ci-dessous le même pêcheur, le même jour qui a pris deux thons presque identiques, mais l’un est un thon rouge, l’autre un patudo…

différences thon rouge et patudo
comparaison thon rouge (en haut) et patudo (en bas)

Si vous avez un doute, tendez un cordon ou un bout de fil de pêche entre la nageoire anale et dorsale “arrière”. Si la nageoire pectorale ne touche pas……c’est un rouge…….

Les patudos ont aussi les nageoires pectorales beaucoup plus courbées vers l’arrière et plus souples en pointe (un peu comme les thons blancs). La queue est aussi légèrement différente et le “W” bien marqué sur les thons rouges est ici beaucoup moins formé.

queue de patudo

Le “listao”

Listao, “bonite à ventre rayé” (katsuwonus pelamis)

La bonite à ventre rayé est un poisson d’eau chaude. Très pêchée dans les eaux tropicale, elle est souvent utilisée en conserve en remplacement “économique” du thon blanc.

Taille / poids

Les listaos présent le long de nos côtes mesurent en moyenne 50 à 60cm. Son poids varie de 1 à 4kg , il peut devenir bien plus gros et peser plus de 20kg en zone tropicale.

reconnaître les thons "listao"

Morphologie / coloration

Malgré sa forme et sa couleur de petit thon, il est difficile de se tromper pour identifier ce poisson. Il est très facile à reconnaître par rapport aux autres thons et bonites car c’est le seul à avoir des rayures longitudinales très marquées sur le ventre. Cette caractéristique essentielle suffit à reconnaître avec certitude un “listao”.

La “pélamide”

Pélamide, “bonite à dos rayé” (sarda sarda)

La bonite à dos rayé est très commune le long des côtes française. Longtemps pêchée dans le sud ouest ou en méditerranée, elle remonte maintenant régulièrement jusqu’en Bretagne sud.

reconnaître une bonite ( pélamide)

Taille / poids

Les pélamides présentes chez nous pèsent en général entre 800gr et 4kg. Sa taille est de 50cm en moyenne, une taille de 35cm au moins est conseillée pour le prélèvement.

Morphologie / coloration

On reconnait tout de suite cette bonite grâce à ses rayures en diagonales sur le dos. Le dos est vert assez clair et devient bleu après la mort. Le corps est assez long avec une tête très pointue. La gueule très échancrée est garnie de dents pointues bien plus grandes que tous les autres thons ou bonites locales.

reconnaître les bonites

On remarque souvent des rayures verticales plus claires à la sortie de l’eau. C’es rayures sont dues au stress et ne sont pas permanentes.

Les “thonines” et autres “bonitous”

Thonine, “bonitou”, “auxide” ( auxis rochei, auxis tazard, ethynnus alletteratus, euthynnus affinis etc..)

Cette famille de “thonines” est très diversifiée et se sépare en 2 groupes : Les “auxides” (avec un ventre brillant, sans “taches”) et les “thonines” (avec 1 ou plusieurs points noirs dessous ou derrière les nageoires pectorales).

reconnaître le "bonitou"

Taille / poids

Les thonines et auxides de chez nous sont en général de petite taille (30 à 60cm). Comme les listaos, ces espèces peuvent devenir bien plus grosse en milieu tropical.

Morphologie / coloration

“On dirait un petit thon croisé avec un maquereau! “

Ce poisson à toutes les caractéristiques d’un thon mais tout est plus petit. Les thonines sont plus “fine” qu’un thon rouge, ont une tête moins “massive” et une bouche moins échancrée. Les nageoires pectorales, dorsales et anale sont très courtes, la queue aussi est plus petite proportionnellement aux autres thons.

reconnaître les thonines

Les zébrures “de maquereaux” sur le dos (seulement sur la partie arrière) permettent de reconnaître à coup sûr ces poissons. Aucun autre thon ne porte ce type de coloration.

J’espère vous avoir aidé à reconnaître les différents thons présents chez nous.

Maintenant, à vous de jouer:

Etes vous capable de reconnaître les thons présents sur les 3 images suivantes?

Donnez vos réponses en commentaire.

image N°1:

reconnaître les thons

image N°2

reconnaître les thons

image N°3

reconnaître les thons

Voir mes articles au sujet des thons ou des bonites:

N’hésitez pas à partager cet article à vos amis, et abonnez vous pour être informé des prochains articles en ligne sur ce blog.

A très bientôt sur l’eau ou sur le net

Julien

13 commentaires à propos de “Comment reconnaître les différents thons et bonites”

  1. Je pêche le thon dans le Golf de Gascogne de Gascogne depuis plus de 35 ans Différenciés un Thon rouge d’un blanc ne me posait aucun problème mais ce bel article bien documenté avec des explications simples et précises sont une aide très importante à la décision. Merci Julien. Comment pouvoir imprimer cet article ou ce le procurer. À bientôt

    • bonjour, et merci pour vos encoragements, je vais essayer de faire une version imrpimable avec moins de texte et +de photos , de croquis et annotations pour pouvoir différencier les poissons au mieux…

      • je connais bien ton beau Pays Basque et depuis de nombreuses années en particulier ST jean de LUZ merci de ta réponse pour pouvoir imprimer Ne change rien a ton article il est tres bien photos suffisantes et texte pour moi tres compréhensibles je descendrais avec mon bateau a st jean si le virus m autorise

    • 2 sur 3, il y a des indices et caractéristiques qui permettent de ne pas se tromper sur chaque image.
      Réponses et détail demain….

  2. Merci pour cette explication ca serait top ne papier ou pouvoir l’éditer en pdf et imprimé pour l’avoir a porté de main en bateau.Donc c’était bien un beau thon blanc que j’avais pris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*